Le mauvais alchimiste

Posted by Picarof février 5th, 2010

Parce qu’il était intelligent, il avait vu dans la noirceur un terreau plus fertile et c’est ainsi qu’il devint alchimiste. Un jour toutefois, ayant tout vidé de ses propres réserves, il dut chercher des gisements nouveaux, pour y puiser bien d’autres larmes. À la force d’une épée de fer et d’une pioche de plomb, il allait, de terre en terre, extraire des poisons pour en faire de l’or. De l’envie, il bâtit sa puissance et de la guerre, il fit un berceau. Les ombres dont il se nourrissait, peu à peu, devenaient lumière… Et puis un jour, son heure étant venue, il tomba, laissant un petit tas de cendres et des trésors dont il n’avait jamais jouï. Ainsi vécut l’homme qui, à force d’être utile, avait fini par oublier toute couleur.

Be Sociable, Share!

2 Responses

  1. liotte dit :

    je ne comprend pas…pour moi ce qu’il fait est de la bonne alchimie : « extraire des poisons »- vouloir faire comme Rimbaud est plutôt un bonne idée. En quoi est-il mauvais alchimiste alors?
    Amicalement

  2. Picarof dit :

    Hello, Liotte !
    (Ça fait plaisir mais je ne comprends pas ce que tu fais en ces lieux désertés…)

    Je crois que mes souvenirs sont bons si je te réponds que j’ai écrit cela à cause de la fin de cet homme. C’est la question de l’utilité et de la productivité qui me préoccupait, dans la mesure où les choses, telles qu’elles sont présentées, mettent l’accent sur l’avidité. Par contre, je ne sais même pas si je suis actuellement d’accord avec ce que j’ai écrit ou non ; l’idée de la jouissance pourrait s’évaporer. Je n’en sais plus rien.

    En somme, la technique de cet alchimiste serait bonne, mais ses fins ?

Trackback URL for this entry