L’Idole.

Posted by Picarof février 6th, 2010

Comme elle était jolie dans ses vêtements roses, je lui tournais autour ; elle était bien gentille et dansait avec moi. Quand je me sentais triste, elle me consolait, et me parlait de pays étrangers où l’on vivrait comme on en rêve. Tandis qu’elle me narrait les autrefois mélancoliques, ses yeux de miel, tout en pleurant, me contaient des chemins bordés de roses dans la reverdie. J’ai fait de cette vierge mon épouse, et pour la nuit de noces, elle est devenue belle.

Une autre toutefois dansait autour de moi, une autre très cruelle. Sa robe rouge ornée de cent grelots hantait mes rêves et drapait mon bonheur. Au bruit de son tambour, j’oubliais le printemps et replongeais dans la terre, là où le sang bat sans tiédir. Bouillant, je l’ai violée, elle qui ne se refuse à rien, et puis je l’ai mangée, et j’ai mangé son poignard, et j’ai mangé sa folie. Les ombres désormais découpent dans mes yeux des larmes écarlates qui tachent mon épouse quand je la prends ; je suis le Prince des Hivers, la Brume est mon logis.

Be Sociable, Share!

Trackback URL for this entry