M (bis)

Posted by Picarof mars 27th, 2010

Énorme éléphant à quatre piliers, mobile autant qu’enraciné, au plus profond de la terre fangeuse, M se promène, lourd, comme une basse continue qui fait trembler les tréfonds à chaque mouvement. Tout se pose sur lui, et tout se meut quand il respire. M est un pacha couleur de terre baignée de sang, M est égal à quatre, M a l’odeur des tripes. C’est dans le ventre qu’il réside et quand je t’aime façon M, c’est  par la peau que tu me hantes, comme une absence qui meurtrit, comme ce poison rassérénant de l’évidence. Dans la palette de l’émoi, M a cette place espagnole des rubis, le sang vif masquant toutes moiteurs, tout abandon, les mirifiques méchancetés, le sourire  mort d’une Médée après naufrage, la clef de voûte de la vie. Doute aboli dans la noirceur de l’âme et nuit profonde, M est ce pays dense où les brouillards jamais ne flottent ; ce qui résonne, la matière et la femme.

Be Sociable, Share!

Newer :

Older :

Trackback URL for this entry