Le Bien-Aimé

Posted by Picarof mai 27th, 2010

Toi qui ne tournes pas
Toi qui ne bouges pas
Autour de Toi je danse
Et sans cesse gravite
Fille du labyrinthe
Et taureau de l’arène
Agartha

Toi morcelé dans tous
Les regards qui me plaisent
Osiris, ô célé
Au monde ainsi scellé
Os par os, je recouds
Ton âme dans mon sein
Qui en brille

Dans le ciel à l’aurore
Sur les nuages rouges
Le soleil entrelace
Les lettres de Ton nom
Tandis que le vent le
Murmure mais toujours
Il m’échappe

Qui.

Be Sociable, Share!

Newer :

Older :

2 Responses

  1. nigredo dit :

    Comme il est lourd ce voile, comme il est beau de mots précieux,
    laisse le t’échapper,
    pose ce manteau de peaux, rouge des pieds jusqu’à l’aurore
    Sérénité murmure le vent
    Le soleil est un miroir, si ça fait mal aux yeux
    pose les aussi
    pour libérer les deux serpents, Souffle et Substance

  2. jules dit :

    Qui ?

Trackback URL for this entry