Neiges

Posted by Picarof décembre 1st, 2010

Le passage d’un fou
En fit un tas de boue.
Mais comme elle fut belle !

Ni feu ni glas le corps
Qui abolit le blanc
N’est jamais transparent.

Nie les neiges, nie les eaux ;
Le solfège des os.

Il me reste les marges
La mémoire et l’image
De l’aride désert ;

Mais quand je marche, folle,
Je me prie en silence
«Espérons que je danse».

Nie les neiges, nie les eaux ;
Le solfège des os.

Be Sociable, Share!

Newer :

Older :

4 Responses

  1. alun dit :

    Parce que J’entends les oiseaux dans vos mots
    Parce qu’ils manifestent la Présence
    Qui fait de vous un Agneau « qui tollis »,
    moi qui n’y croyait pas aujourd’hui, je reprends forme humaine.
    Allez, et que ça soufre !

     

  2. alun dit :

    la philocalie

  3. Picarof dit :

    Heureuse de savoir que ceci vous plaît, chère Luna. Pour réchauffer es rues salées je m’en vais en découdre avec Carmen et Sophie…

    À si tôt que le laisse le temps.

  4. nuageenpantalon dit :

    Et tu danses, d’un frais rythme de vertèbres. C’est beau :)

Trackback URL for this entry