Pensées de la Nouvelle Lune

Posted by Picarof août 15th, 2009

où, quand, pourquoi?
des mots-coquilles vides
ici ne pousse plus
ici ne pousse pas
dans la torpeur aride
steppe à perte de vue
le café depuis longtemps a refroidi
sur la table encombrée
de poussière et de vide
au milieu des factures à l’agonie

l’horloge répète « tombeau »
de ses aiguilles glabres,
aseptisées
j’attends dans la pénombre d’un cliché
le fantôme au sourire
encadré sur la cheminée verte
celui qui se dressait de chair
et qui emporta la vie
de l’existence
dans son trépas


lointain
squelette

coquille vide
en collant son écouteur à ma poitrine
il paraît que l’on entend
la mer au loin.

(je n’en suis que le rocher…)

Be Sociable, Share!

Trackback URL for this entry