Rose camisole

Posted by Picarof décembre 14th, 2009

chaque matin, les roses murs de nos amours… sur un lit de coussins, la colère alanguie… et la mélodie molle, et l’indolent bonheur… et le mutisme creux de tes sourires niais… la bêtise étouffant toute mélancolie… et la grimace immonde que tu fais quand tu ris !

à la fenêtre, cela « vit » ; les passants empressés – les églises d’un clocher – les klaxons noirs. je me souviens de temps anciens, quand tu ne m’aimais pas ; j’avais traîné tout mon amour jusqu’à tes pieds ; je reconnais ainsi tes pantoufles. et tes humeurs de canapé… grinçant.

à force de me gaver de mièvreries, tu m’indigestes ; cette nuit, j’ai rêvé d’un cercueil – un cercueil de guimauve. le sarcophage mielleux se refermait. pour me manger en toi. jusque tes miasmes. ficelée, phagocytée. une belle grosse boule informe béatement braillant dans son ivresse d’elle-même. un fourneau fébrile de cire. mes charognards en ruche et des mots par myriades : démoncratie, écrounomie … mérite ! des chants d’essaim que tout cela.

et dans ma tête, sifflotte en fête… le chant guerrier des espérances. on repeindrait le salon d’écarlate, au printemps.

Be Sociable, Share!

Trackback URL for this entry