Posts Tagged ‘hiver’

Reverdie (bis)

Poésie, Poésie en prose | Posted by Picarof décembre 30th, 2011

La neige avait fondu, l’exil enfin se terminait.

Ce n’était pas dans un sourire, ce n’était pas dans un amour, ce n’était pas dans un triomphe que les retrouvailles avaient eu lieu mais sur un champ de ruines, à l’heure où les vautours eux-mêmes avaient abandonné les lieux.

Il ne restait plus rien, au terme de la guerre, plus rien qu’une rivière cristalline. Le lion vaincu par la panthère, la panthère par le chat, le chat par la tortue, la tortue par le temps, chacun dans le carnage avait goûté de l’autre, content d’être debout quand il se couchait sur le sable pour accueillir élégamment la vermine affamée.

La neige était tombée, comme la brume avant la guerre. Et quelle brume ! Je vivais alors dans les clartés impossibles ! La brume était terrible, ainsi fut cette neige blanche, blanche comme les cimetières.

Puis dans le froid, il y eut du silence. Moi, j’étais là, j’étais Hiroshima. J’acceptai ce silence et il m’accepta aussi. Je crois. Je croyais de nouveau, sans renier mes hérésies. Mais qu’elle est belle nue ! Et diable, si de nouveau j’écris, c’est que nous sommes en guerre de nouveau, toujours, encore en guerre ! Je me souviens à peine de la reverdie, de ce cœur réuni qui souriait, de ce chant mélodieux, de cette sève libre… Mais puisqu’encore il faut partir, un baluchon et un bâton, hop ! Jouons la comédie de l’an, de ses saisons, en attendant le temps des nudités, des morts et des naissances, en attendant Janvier aux deux visages, Février à la faux… Attendons le printemps, qu’éclatent de nouveaux des guerres viscérales.

Neiges

Poésie libre | Posted by Picarof décembre 1st, 2010

Le passage d’un fou
En fit un tas de boue.
Mais comme elle fut belle !

Ni feu ni glas le corps
Qui abolit le blanc
N’est jamais transparent.

Nie les neiges, nie les eaux ;
Le solfège des os.

Il me reste les marges
La mémoire et l’image
De l’aride désert ;

Mais quand je marche, folle,
Je me prie en silence
«Espérons que je danse».

Nie les neiges, nie les eaux ;
Le solfège des os.

Vagues

Petites choses | Posted by Picarof décembre 1st, 2010

Chimériques blablas,
Un semblant de schmilblick ;
Méfiez-vous des trompe-l’œil
Leur profondeur fictive
N’égalera jamais
L’océan silencieux.

Travaux quotidiens… poème ménager #1

Petites choses | Posted by Picarof janvier 7th, 2010

ce moulin-là…
qui ne prend que des graines de peur,
quel pain te fournit-il ?
tristes froments.

Travaux quotidiens… poème ménager #2

Petites choses | Posted by Picarof janvier 7th, 2010

à force de coudre les joies avec les malheurs,
l’aiguille foudre les doigts
de pleurs écarlates ; pour l’oubli.

Petites choses | Posted by Picarof octobre 29th, 2009

au fil des mots
je m’étends
m’éteins
sur la voi_

hier nous étions trop
aujourd’hui ne suis plus